RETOUR

La compét'

 

La genèseLes L-twins

     L’architecture de ce moteur laisse perplexes les motards qui lui préfèrent les trois pattes anglais ou les « four » japonais, ce qui ne fait pas décoller les ventes des premiers twins malgré leur parfaite mise au point … jusqu'à ce jour mémorable :
                                    
le 23 avril 1972
     Sur le circuit d’Imola,
Paul Smart et Bruno Spaggiari, deux des quatre pilotes engagés par DUCATI, remportent les 200 miles contre toute attente, face à l’armada des BSA-Triumph, Norton, Laverda, Moto Guzzi, Honda, Kawasaki et Suzuki officielles.
     Taglioni dit alors : « Quand nous gagnons à Imola, nous avons aussi gagné le public » En effet, de petit motociste réputé principalement pour ses monos, DUCATI est devenu, quasiment du jour au lendemain, un constructeur de motos de sport de renommée mondiale et les ventes ont suivi.
     Une petite série de
750 SS Imola Replica fut produite pour l'occasion. Ces motos sont quasiment introuvables de nos jours.

    Les deux-temps commençant à imposer leur domination en Formule 750, DUCATI préfère se retirer et engager ses machines en Endurance, d’abord en 750, puis en 900.

     En 1976, le Tourist Trophy, qui se court sur l’île de Man, ne compte plus pour le championnat du monde. Cependant, la fédération anglaise instaure une nouvelle Formule TT, pour continuer d’accueillir des constructeurs et des pilotes de haut niveau. La plus prestigieuse, la formule TTF1, voit la victoire écrasante de
Mike Hailwood (Mike the bike) en 1978 sur une 900 livrée par le service compétition de Ducati : NCR (Nepoti Carachi Racing) et préparée par Sports Motorcycles en angleterre (87 ch Din).
     DUCATI exploitera cet événement en produisant une
900 puis 1000 Mike Hailwood Replica (MHR), un collector aujourd'hui.

 

Haut de page